Pourquoi mon chat éternue ?

L’éternuement est un réflexe de défense involontaire du corps qui va expulser un corps étranger de l’organisme.

Tout comme les humains, les chats éternuent relativement souvent. Si les causes sont assez diverses, toutes n’ont pas la même gravité.

Il est donc essentiel de distinguer les éternuements “normaux” de ceux qui nécessitent un traitement, voire une intervention chirurgicale pour les cas les plus graves.

Éternuements chez le chat : les 5 causes les plus fréquentes

1. Une irritation passagère des muqueuses

Les chats sont des animaux curieux qui aiment renifler tout ce qui passe dans leur environnement direct. De ce fait, ils s’exposent régulièrement à l’inspiration de corps étranger. Cette absorption peut les gêner et mener à un ou plusieurs éternuements pour expulser l’élément inopportun.

Dans ce cas, l’éternuement est normal et ne nécessite aucune intervention de votre part. L’éternuement peut être multiple mais cessera dès que le corps étranger aura été expulsé.

2. La rhinite / Le rhume

A nouveau comme l’homme, le chat peut s’enrhumer ou être sensible aux rhinites. Cette inflammation de la cavité nasale va se caractériser par des éternuements accompagnés d’écoulements nasaux et, parfois, de bruits respiratoires.

Si l’éternuement reste le seul symptôme, il n’est pas nécessaire de consulter votre vétérinaire. En revanche, une consultation sera indispensable en cas d’écoulements, de bruits respiratoires ou si l’odorat de votre chat semble perturbé.

Après un examen complet, le vétérinaire déterminera l’origine de la rhinite et prescrira un traitement en conséquence : antibiotiques pour une infection bactérienne, antifongique en cas de champignons, stimulants du système immunitaire en cas d’infection virale.

Dans les cas les plus graves (polypes ou problèmes dentaires), une intervention chirurgicale pourra être envisagée.

3. Le Coryza

Le Coryza touche le plus souvent les chatons. Les symptômes sont proches de ceux d’un gros rhume : éternuements, écoulements nasaux, larmoiements, etc. L’apparition de symptômes respiratoires sont le signe d’une aggravation de la maladie.

L’état de santé du chat peut se dégrader très rapidement et peut mener jusqu’au décès de l’animal. 

Il n’y a pas de traitement direct au Coryza. Le vétérinaire va donc s’appliquer à soigner tous les symptômes indépendamment les uns des autres : antibiotiques pour les surinfections bactériennes, anti-inflammatoires pour la douleur et la fièvre, collyre pour les yeux et bronchodilatateurs pour les problèmes respiratoires.

Les cas les plus graves pourront recevoir des traitements antiviraux. Une hospitalisation est parfois nécessaire.

La meilleure solution contre le Coryza reste la vaccination. Veillez donc à ce que votre chat soit bien à jour de ses vaccins, surtout s’il s’agit d’un chat d’extérieur.

4. Une allergie

Là encore, le chat est proche de ses maîtres puisqu’il peut développer des allergies : pollen, acariens, parasites, fumée de cigarettes, etc. Allergie qui va se caractériser essentiellement par des éternuements, voire quelques écoulements. Cela reste néanmoins rare, les allergies les plus fréquentes chez le chat provoquant plutôt des démangeaisons et des pertes de poils.

La meilleure solution reste d’éviter une exposition prolongée à l’allergène responsable des éternuements. Ainsi, il est recommandé d’éviter de fumer à l’intérieur, d’aérer et de nettoyer régulièrement votre logement.

En cas de fortes allergies, une consultation chez le vétérinaire pourra être nécessaire pour la prescription d’un traitement en vue de soulager votre chat.

5. La maladie

Certaines affections et pathologies peuvent également être la cause d’éternuement chez le chat, telles que :

  • la fente palatine, responsable d’une inflammation et d’une sensibilité aggravées de la muqueuse nasale.
  • les polypes nasaux, créant une obstruction plus ou moins importante de la cavité nasale et / ou du pharynx. L’éternuement peut alors s’accompagner de sifflement à l’inspiration.
  • les tumeurs nasales, fréquentes chez le chat âgé, les éternuements sont alors souvent associés à d’autres symptômes caractéristiques, notamment des difficultés respiratoires et une apathie du chat.

Dans la majorité, le recours à une opération chirurgicale est privilégié afin de retirer ou de réparer l’élément responsable des éternuements.

Éternuements chez le chat : quand s’inquiéter ?

La plupart du temps, l’éternuement du chat est bénin. Cependant, il sera nécessaire de consulter votre vétérinaire si celui-ci s’accompagne d’écoulements importants, de larmoiements, d’une perte d’appétit, d’une baisse d’énergie ou d’une apathie. D’autres symptômes tels que la fièvre doivent également alerter.

Laisser un commentaire